Comment faire : une fougère haute en couleur !

L’un des petits défis que je me suis fixé pour ma nouvelle armée Warhammer 40000 dans un thème forestier est de varier la végétation en créant des petites plantes originales à partir de tout et de rien. Je voulais détailler ici la création de l’une d’entre elles (évoquée avec le socle de l’Armiger warglaive) : une plante de type fougère « bourgeonnante ».

Côté matériel, pas besoin de grand chose : aluminium rigide (de type collerette de bouteille de cidre), des bourgeons d’arbre bien secs, une pince, un coupe-ongles.

Les feuilles

La première chose est de couper au ciseau les petits rectangles qui formeront les feuilles. Perso, je taille aux dimensions de 4 cm * 1 cm environ. J’utilise un outil avec une longue pointe pour former un sillon dans l’axe de la longueur du rectangle.

Je retouche au coupe-ongles les extrémités des futures feuilles pour former deux courbes à un bout, et je rétrécis légèrement la largeur du côté de la base pour faciliter l’imbrication à venir des feuilles.

C’est aussi au coupe-ongles que je forme les espacements entre les feuilles. Ici, je m’enlève pas de matière et me contente simplement de couper, tellement c’est petit. Mais il y aurait tout à fait moyen de mieux styliser les feuilles. Les feuilles sont ensuite plantées en cercle dans une petite boule de milliput, en veillant à laisser un espace au centre pour accueillir le bourgeon.

J’en profite que la boule de milliput n’est pas sèche pour l’intégrer directement dans le socle.

Pour les feuilles de fougère, je choisis plutôt des teintes saturées qui sont en accord avec le reste de l’armée : Caliban green (GW), Warpstone glow (GW) et Moot green (GW). J’assombris le cœur au lavis Biel-tan green (GW).

 

Un beau bourgeon

Mes bourgeons me viennent d’une ballade printanière en forêt, où des arbres venaient d’être coupés. J’ai trouvé tout un tas de branches déjà bien sèches chargées de bourgeons n’ayant pas encore éclos. Trois mois après, ils n’avaient pas bougé d’un poil et étaient bien secs. J’ai trouvé de quoi en faire.

Je ne sais pas de quel arbre il s’agit, mais ces bourgeons ont plusieurs avantages : j’en ai (presque) de toutes tailles, et leur structure décrit des écailles imbriquées dont les séparations seront bien utiles pour guider ma peinture.

Au passage, je sous-couche les feuilles en noir (ça leur donnera un bon contraste) et les bourgeons en blanc (pour que les couleurs pétantes ressortent bien).

Ces bourgeons-là sont extrêmement simples à détacher à la pince. Il faut juste prendre garde à ne pas couper le bourgeon en lui-même, mais de donner un coup de pince juste en dessous dans le bois – faute de quoi, il se « détricotera ».

Côté couleur, c’est le moment de se faire plaisir. Pour le socle que je suis en train de faire, je voulais aller vers le rose (ou l’orange) pour être en accord avec ma figurine, mais tout est complètement possible…

Et voilà le travail !

Mon Tech priest dominus va avoir un socle carrément sympa avec de belles couleurs. Avec un peu d’imagination, je trouverai probablement d’autres utilisations à ces techniques dans le futur !

J’ai également utilisé cette végétation dans une autre création du mois passé, un ranger Skitarii avec arquebuse transuranique. Le régiment est presque complet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top