Skorpius Dunerider / Disintegrator

J’ai profité de quelques semaines de tranquillité pour m’atteler à la peinture de mon premier transport de troupes. Si je l’ai monté en Skorpius Dunerider, je me suis arrangé avec des aimants pour pouvoir le reconfigurer en Disintegrator en moins d’une minute (chrono).

Dunerider ou Disintegrator

Pourquoi trancher, si on peut réaliser les deux options ? En effet, c’est assez facile de pouvoir transiter entre les deux versions avec quelques aimants et de légers compromis.

Quels éléments sont communs aux deux modèles et lesquelles diffèrent ?

  1. Le Dunerider n’a pas de « toit », tandis que le Disintegrator possède un dessus fermé avec une tourelle.
  2. Le cyborg d’une des trappes du Dunerider est placé dans la tourelle du Desintegrator. Il n’y a qu’un modèle pour monter les deux options.
  3. Le Disintegrator possède une trappe fermée, tandis que le Dunerider y a un (demi) Skitarii.
  4. Il y a des Skitarii et une échelle à l’intérieur du Dunerider.
  5. Le Dunerider a un « pare-buffle » avant.

Comment concilier ces différences pour transiter d’un modèle à l’autre ?

  1. Dans le montage de la notice, les montants de la porte du Dunerider sont fixés au châssis et la porte coulisse pour s’y emboîter. C’est pourquoi il faudra ne pas coller les montants au châssis, mais plutôt à la porte. Le bloc porte + montants sera retiré d’un bloc.
  2. Le cyborg manquera davantage au Dunerider qu’au Disintegrator. J’ai choisi de laisser la tourelle vide.
  3. Rien n’oblige de coller les trappes. Le demi-Skitarii peut être facilement magnétisé.
  4. Par chance, les Skitarii à l’intérieur du Dunerider ne sont pas très hauts et seront facilement recouverts par le « couvercle » du Disintegrator. On peut donc les coller sans aucun souci. L’échelle empêche la mise en place du bloc des canons du Disintegrator. Il faut soit la magnétiser, soit ne pas du tout l’inclure.
  5. Le « pare-buffle » avant empêche les transitions. Il ne faut pas l’intégrer au montage.

En résumé, doivent être magnétisés : l’échelle, le demi-skitarii de la trappe (et en option l’arme de rechange de la tourelle du Disintegrator). Tout ne reste peut être démonté sans être fixé.
Côté matériel, il vous faudra une perceuse à main avec un petit diamètre (1mm), des plus gros aimants genre 1mm*3mm. Les deux pattes en haut et en bas de l’échelle sont toutes justes pour recevoir des aimants de 1mm. Il convient de placer à l’opposé de bon gros aimants puissants sous la carlingue car l’épaisseur de plastique risque de réduire nettement le pouvoir d’aimantation. Du côté des armes de la tourelle, on peut forer dans le diamètre sans souci.

Pour passer de Dunerider à Disintegrator :

  • On retire l’échelle, la porte avant, les personnages en tourelle.
  • On place le bloc de carlingue et l’arme souhaitée.
  • Et c’est tout !!

Sinon…

Mon schéma de couleur est dans la pure veine de mes précédents Mechanicus. Petite nouveauté à signaler, j’ai essayé d’intégrer de l’usure :

  • Pour les éraflures, une solution « simple » consiste à faire un trait noir sous-ligné d’un trait blanc.
  • Pour la corrosion, quelques taches de Typhus corrosion (ou de Rhinox hide et/ou Doombull brown), que j’isole de la surface abîmée par un halo de couleur claire (ici sur le Screaming skull, un mélange Screaming skull + White scar).

Pour l’exercice, j’ai essayé de peindre du bois précieux à l’arrière du char mais le résultat ne me va pas du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top