Atelier du forgeron

Et voici un petit atelier du forgeron, peint pour « habiller » mon plateau d’armée Armies on parade 2019. Il s’agit d’un modèle de HQ resin plutôt bien fichu je trouve, même si les outils paraissent légèrement gros par rapport à l’échelle.

Ce qui me travaillait un peu avant de commencer ce projet-là, c’était ma peinture de la pierre et du bois. En effet, jusque-là, je me contentais d’une palette assez réduite. J’ai voulu apporter un soin particulier à ces matériaux pour leur donner davantage d’intérêt et de texture.
Pour les bois, j’ai essayé de distinguer deux palettes de couleur différentes, histoire de montrer une dichotomie entre les objets « ouvragés » utilisés couramment comme les outils et les éléments soumis à l’usure du temps (voire du climat). Dans le cas des premiers, le bois est souvent poncé, poli, enduit de vernis. Les seconds tendent souvent vers le gris : cela se voit sur les façades des maisons en bois, sur les souches qui pourrissent… D’où deux schémas (modulables, bien sûr).

Bois « ouvragé » Rhinox hide (GW)Mournfang Brown GWSkrag Brown (GW)Kislev flesh (GW)Flayed one flesh (GW)
Bois « usé » Mournfang Brown GWKarak stone (GW)Screaming skull (GW)

Typiquement, le premier cas a été utilisé pour le soufflet. Le banc est du second type, comme la souche de l’enclume.


En ce qui concerne la pierre, j’avais déjà pris l’habitude de peindre les murs en pierre sur une base grise, puis en modifiant la couleur de certaines pierres choisies pour simuler d’autres types de roches (grès rouge, calcaire crème). Cette fois-ci, j’ai « zoné » la surface de pierres assez largement avec des couches successives de peinture grise très diluée allant vers le brun (des touches de Doombull brown, Tuskgor fur) ou le beige (Ushabti bone, Flayed one flesh). Pour les pierres beiges, j’ai parfois ajouté du jaune également. La palette étant plus riche, le rendu est beaucoup plus satisfaisant je trouve !
Le rendu de briques est obtenu sur une base brune puis en peignant des traits plus ou moins larges de couleurs brun clair tirant vers le rouge, comme un rubanement. Les arrêtes sont des couleurs de peau. La touche finale : des pointillés de noir un peu partout au sol et dans le conduit d’évacuation, comme autant de morceaux de charbon écrasés ou de la suie dans la cheminée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top